Poésie

Dans cette section, je vous partage quelques textes de mon cru, inspirés par mes observations de la nature, ou mon ressentis vis-à-vis de situations que nous sommes amenés à vivre collectivement en ces temps perturbés. En espérant que ces mots résonnent avec certains de vos ressentis!

Bonne lecture

 

Dream and fears

 
Les rêves et la peur ont ceci de commun
Qu'ils se nourrissent l'un de l'autre
Et façonnent notre réalité
 
D'un côté, toutes les peurs paralysantes
Qui ont bloqué notre capacité d'action
De l'autre, nos peurs constructives
Qui nous ont menés à une vigilance salvatrice
 
Et en arrière fond, la puissance de nos rêves
Qui nourrissent notre élan vital
Cette énergie fondatrice de notre être 
Qui nous anime
 
Il faut nourrir ses visions pour alimenter sa joie
Et laisser le cœur, l'âme et l'esprit 
Toutes ces forces invisibles en nous 
Dessiner le chemin qui est le nôtre 
Et ne laisser personne nous voler 
Les précieux trésors que la vie a placé en nous
 
 
 
 
Lumière de Lune
 

Lune d'ombre lumière de lune
Mon côté sombre s'étale sur la dune
Lune de lumière ombre de lune
Ton filet éclaire mes ruines
 
Lourds comme un ciel sombre
Les masques tombent
Derrière la terre où se cachent
Les ombres qui s'effacent
 
Onde de joie renaît soudain
Le jour où le cercle est plein
 
La lumière revient
Sur la totalité de lune
Donne naissance à ses formes
Qui dans le noir s'endorment
 
Pour une éternité de lune
Sur tout ce qui se dévoile 
Après le cycle infernal 
Des eaux troubles, du dédale 
 
Sans fin chercher la face
Que je montre ou que je cache
Dans un jeu de masques
L'ombre et la lumière ne font qu'un
 
Je suis
L'un et l'autre
L'autre et l'un
Lorsque l'un se montre
L'autre s'éteint
Ainsi va la vie sur terre
Ainsi va la lune s'éclaire
Et s'assombrit sans fin
 
Je me relie à ton fil blanc
Onde de lune fil d'argent
De ma terre à ton ciel
Que relient les ailes du vent
Lune de miel
Au firmament
Que le ciel étreind
De son drap rouge sang
 
Le soleil t'éclaire
La terre te travestit
En ombre et en lumière
Qu'illusionnent nos vies
 
Lune tu es moi
Lune je te suis
Je suis la lune
La lune m'inspire
Habille mes jours de masques et de plumes
 
L'onde rallume mon âme
Sur la dune de sable
Posée là comme une prière 
Tel un Pantin dans ce désert 
Qui cherche son fil dans la poussière 
Que danse notre ombre dans sa lumière 
 
 
Lune je te suis
Lune tu es moi
Ta langue de lune
Chante la lumière
Du soleil qui te poursuit
 
 
Tes perles d'eau de lune
Forment avec les colliers de terre
Des bijoux de déesses endormies
Et le soleil dévoile 
Ta beauté lunaire
Changeante comme une lune 
Fidèle à elle-même 
Sans être jamais la même 
Lune je te suis 
Lune je suis toi
Ta vibration m'élève
Et me couche chaque soir 
Dans l'ombre de ton miroir 
 
 
 
 
 
 Je suis 
 

Je suis Accueil de la vie qui coule en moi

J'accueille tous les types d'nrj qui y circulent : amour, haine, détente, tension, joie, tristesse, dynamisme, calme absolu, calme relatif, calme recherché, calme obtenu. Calme sans cesse reporté. Calme recherché et accompagné de sérénité. Sérénité dans le repos et dans l'action.

Je suis la maison des émotions, bonnes ou mauvaises, et aussi celles qui n'ont pas de nom.
Permettre à chaque étape de goûter à sa célébration.

Je laisse à la porte le jugement hâtif, abusif, sans appel, corrosif, destructif.
Je peinds chaque matin mon mur de velour, d'empathie, de compréhension et d'amour vivant.
Je garde sous le tapis la clef qui ferme la porte, aux bavards, aux racontars, à ceux qui pourraient se tromper de porte.

J'envisage les rencontres comme des rendez-vous de longue date.
Pousse à la porte les erreurs de casting, porte vers la sortie les histoires qui se finissent.

Accepter la fin c'est aussi se respecter.
Respecter l'autre et permettre à chacun de recroiser d'autres chemins, dans l'infini des destins possibles, voulus, recherchés, accompagnés, subis, acceptés, reniés, rattrapés, recomposés, assouvi, dépassés....
Etc...

Je suis la maison des émotions vivantes, vibrantes, qui goûtent l'infini de la palette humaine, de sensations, surprenantes, anihilantes, impressionnantes, extasiantes, recherchées, voulues, cachées, addictives, repoussantes, indifférentes, dynamisantes, encourageantes, présentes, sans étiquettes, aussi parfois ....

Je suis la totalité, le tout globalisant, accueillant le bien, le mal, l'absence, la présence, d'un seul et même front.

L'invité d'un destin qu'on a cru pouvoir maîtriser.
Acteur d'une mission sans cesse prolongée.
Une envie, un Élan, presque rien.
Et puis la flamme et le vent.
La grandeur et le mouvement.
Dans l'immensité de la vie.

Je suis l'accueil
Je suis la maison
Je suis le tout
J'embrasse les contraires.
J'anihile le jugement
J'accède à mon pouvoir grandissant
D'élévation, de vibrations
J'écoute la Sève de la vie monter en moi.
Je suis la vie

 

Présence
 
Le plus beau cadeau que nous avons à offrir au monde est notre présence pleine et entière. 
Le plus beau cadeau que nous pouvons nous offrir les uns les autres est l'accueil de nos présences, le plus ouvert et le plus sincère qui soit. 
L'accueil Bienveillante d'une présence par une autre présence.
Toute présence est un cadeau en soi, mais faire de la présence un art de vivre n'est pas si facile que les mots qu'il faut pour l'écrire.
 
Il nous faudrait prendre modèle sur l'arbre, ancré, puissant, calme, sûr de lui, sans questionnement sur sa qualité de présence au monde. 
Incarner son rôle dans l'écosystème, sans chercher les causes ni les finalités. 
Lire les messages vibratoires de la présence de l'eau, du vent, et de la lumière. 
Communiquer avec la terre et avec le ciel, à partir de ses racines et de ses branches. 
Connaître le langage des éléments, des astres, de la lumière, utiliser l'énergie du soleil pour se nourrir des minéraux.
 
Mais voilà, l'être humain n'est pas un arbre. 
Le langage des éléments, des astres et de la lumière sont pour lui des notions abstraites. 
Il lui faut s'y relier avec sa conscience, ou choisir de ne pas s'y relier. 
Et, bien que la présence végétale et la terre le nourrissent, que les astres lui fournissent leur force gravitationnelle, que l'air le vivifie et anime son âme, que la lumière lui permette de voir et de se diriger dans l'espace, que l'eau le purifie et l'apaise, que le feu le réchauffe et anime son cœur, que l'arbre lui montre le chemin vers le ciel, et que le ciel pourrait lui permettre de s'élever, bien souvent l'être humain choisit la voie de l'amnésie et la satisfaction de petits plaisirs terrestres qu'il pense le nourrir. 
 
Pauvre de nous, qui avons perdu la conscience de nous-mêmes, de qui nous sommes, et qui avançons, sans boussole, dans les dédales des questions sans fond, des incohérences et de la déconnexion. 
 
Mais d'où nous vient que l'humain éprouve autant de difficultés à asseoir sa présence ? 
 
Pourtant, de part sa posture debout, l'humain est amené à relier les énergies de la terre et du ciel, à travers sa conscience. 
Pourtant, il me semble que, par la simplicité de sa présence, l'être humain aie la capacité d'ajouter son rayon de lumière à l'équilibre des forces en présence. 
Dans ce lien unique que nous sommes capables de créer entre la matière vivante de la terre, et les énergies inspirantes du ciel, nous avons un rôle à jouer dans les mouvements d'énergies de l'univers. 
 
Alors juste, en retrouvant cette énergie incroyable de "Wu Wei" , attitude du "non-agir", au sens de "lâcher prise, ne pas s'accrocher à une intention fixe". Juste, en suivant quelque chose s'approchant de la voie du Tao, ou le respect des forces vitales magiques, du développement naturel de toute chose.... 
Peut-être que, juste en prenant le temps de s'asseoir dans sa présence, l'être humain pourrait retrouver un peu de cette connexion verticale.... Et enfin retrouver l'appétit des choses qui nourrissent son âme... 
 
 

 

Entre les gouttes

Aujourd'hui, ce qui me fascine, 
C'est cette capacité de l'être humain 
à trouver son centre en toute circonstance
À faire de la résistance en protégeant ce qui est vital pour lui
Son trésor intérieur 
Ce qui lui est précieux

Comment fait-il ? 
Celui qui passe entre les gouttes
Qui se faufile entre les mailles du filet
L'anguille que l'on n'entend pas arriver
Qui a la capacité d'être présente sans qu'on la voit

Celui qui a fait de la discrétion son mode de vie
Qui a appris à marcher sans bruit
Tout en laissant battre bien fort son cœur à l'intérieur, 
Comment continuer à faire parler son âme 
Sans se mettre en danger face à la restriction? 
Comment rester connecté à ce qui est vivant en soi
Malgré les limitations qui peuvent nous être imposées ? 
Comment trouver cet équilibre entre la confiance et la vigilance ? 
Sur quel champ d'informations poser sa conscience 
Pour donner à son petit équilibriste intérieur l'énergie juste pour ne pas tomber, 
Et la possibilité de se relever lorsqu'il tombe ?

Bien sûr chacun trouve sa réponse 
Elle n'est pas la même pour tout le monde 
Et parfois la vie nous impose des obstacles 
Qu'il est nécessaire d'affronter 
Ou bien de surmonter
Qu'il n'est pas toujours possible d'esquiver
Et qui nous confrontent à la possibilité de vivre encore plus fort ou de mourir à soi-même ou au monde...

Aujourd'hui, je me demande quel sera le chemin de chacun dans les défis qui nous attendent.. 
Entre quelles grosses gouttes allons nous pouvoir passer ? 
À quels obstacles allons-nous devoir nous confronter ? 
À quelle finalité cela nous amènera ? 
Jusqu'où la vie circulera en nous ? 
Où s'arrêtera-t-elle ? 
Quelle est la définition du mot vie pour chacun ? 
De quelle façon chaque individu délimite sa propre vision du mot liberté ? 


 

 

Le monde est si vaste

Le monde est si vaste

Des plaines verdoyantes aux hauts sommets,
Des sources jaillissantes à l'autre bout de l'océan
Mais pour autant, là, à ce jour,
Nous sommes là, à ce point de l'univers
Enfermés dans un cercle
Retranchés, cachés, amoindri, masqués, apeurés, meurtris

 Et pourtant....

Le cœur de l'humanité est si vaste
Qu'il pourrait en tendant la main
Inviter à danser toutes les parts de lui-même
Dessinant sur le sable
Une spirale qui grandit
Qui s'élargit sans fin
Dans un joyeux mouvement de vie

La main de dieu est si vaste

Qu'elle pourrait contenir
Toutes les parts brisées de chaque être humain
Et les faire virevolter dans airs
Légères et portées par la joie

 

La grandeur de notre âme est si vaste
Que nous pourrions y abriter
Toutes les âmes errantes
Perdues dans cette immensité sans nom
Qui nous confronte aux ombres et aux tempêtes
Lorsque nos colonnes vascillent
Et s'effondrent dans les sables mouvants
De l'illusion
Laissant les plaies béantes de nos fragilités
Nous indiquer un bien sombre destin

Notre puissance est tellement immense 

Qu'elle pourrait abolir toutes les frontières 
Et créer des ponts entre l'ombre et la lumière 
Et les faire tournoyer ensemble 
Dans une valse bouleversante
Dévoilant des nuances de couleurs 
Jamais dévoilées encore 
D'une palette de possibilités infinies
Qui se présenterait chaque jour 
Au gré de nos besoins 
Flânant au sein de cette joyeuse abondance

 

Mais nous en sommes à ce point de l''univers 
Dans ce cercle fermé 
Rapetissés, assombris, recourbés, 
honteux de qui nous sommes

Et pourtant, si l' on tend l'oreille, 

On peut entendre cette part de nous 
Qui demande plus que jamais 
Que cesse l'enfermement de l'esprit
Et que soient libérées 
la grandeur de nos cœurs, 
L'abondance de la vie, 
Les chemins du monde, 
La puissance de notre amour.

La respiration de l'univers

est un échos de l'âme humaine 

Il nous faut les libérer l'une et l'autre 

Pour que la vie reprenne le dessus

 

La conscience de l'homme doit être large 
Pour se connecter à la source 
Et répondre à son devoir d'honorer la vie
Sous toutes ses formes

Cessons de nous amoindrir 

Et devenons créateurs de nos vies 
En correspondance avec l'univers infini

 

 

 
 

 

Urgence

Vigilance
Temps court
Je suis en court de gestation
Je suis à court de solution

L'instant présent inaccessible
En cours de création
Pas de temps pour la présence
Je serai dans mon présent
Si...
Je m'échappe de moi même

J'incarne le processus
Je suis en cours de formation....
Incomplet
Insatisfait
Entièrement dans le manque incarné
une partie de moi est absente
Je ne m'autorise pas
La clef des champs

Jamais maintenant
Je suis en cours de traitement
Loading
Entre 2 vies
Nulle part réellement

J'aimerais me poser
Mais le temps presse
J'ai 10 milliards de menaces d'échecs
Derrière moi

Je suis le chemin de ma peur
Qui m'indique de courir
Toujours plus vite
Après mon objectif

Et peut-être
lorsque j'aurai assez fui
Je pourrai enfin
Retrouver mon présent

Tendu Vers ce futur incertain
La vie est sans pitié
Pour tous les êtres en transition

Poursuivi par 10 milliards
de tentations
Par 10 milliards
de solutions
Qui m'éloignent de ma vérité

Pourquoi donc me suis-je incarné
Dans cet espace de l'histoire
Où le présent devient un danger ?

Stop
Je fais une pause
Je quitte les automatismes
Je laisse mon mental se reposer
Je laisse le temps en dehors du temps
Venir me soigner
Les. Solution venir se dessiner

Belle nature intemporelle
Née du néant s'étalant vers l'infini
Du temps
Nourris moi de ton éternel présent
Moi qui suis un humain
Prisonnier du temps

 

Liberté

Grand espoir
Recherche infinie
Toujours à conquérir
Encore plus
Au fond de soi
Avec les autres
Dans chacun de nos choix
De notre plus belle clarté de voix
Vers notre plus noble voie
Dans la présence de nos pas

Je te chéris et je t'admire
Liberté
Puisses tu nous donner le goût
De toujours parler à nos semblables
Dans notre vérité
Sans limitation de croyances
Sans obstacle mental
Sans peur de se faire contaminer
Par aucune graine de virus
Créé à partir d'un besoin étrange
De justifier la distance
Entre les cœurs des humains

Liberté
Tu m'inspires
Ta respiration
Sème en moi la graine des espoirs fous
Ceux qui mènent l'homme
Vers sa plus noble destinée

Merci la vie
Aujourd'hui
La liberté coule en moi sans résistance
Et je me sens présente à ma vie
Merci

 

 

Souvenirs


Dans ma boîte à souvenirs
J'ai retrouvé
des tas de tisus
Tellement abîmés
J'ai mis de côté
pour mon avenir
Des odeurs de papier,
des crayons pointus
Et bien affûtés

pour envoyer leur flèche
Sur la cible
de mes nouveaux desirs

Bougie allumée
Livre de vie
Trésor de papier
Noyé dans l'océan de la mémoire
Des bribes de rêves
Restes eteints
Sur le tableau de mes souvenirs

Je suis venu écrire
Que je veux voir s'envoler
L'oiseau de l'espoir
Vers mon avenir
Loin des méandres
De mes souvenirs

 

 

Derrière les apparences

Il y a tout ce qu'on tait
Les doutes, les pensées naissantes coupées par le rythme de la vie, les cris, parfois la détresse, aussi, qui replonge dans le flot incessant du temps qui pleut sur nos émotions les plus déchirantes...

et puis un jour, s'installe le désespoir, le sentiment de n'être qu'une ombre qui longe les murs....une invisible poussière qui aurait été jetée là par hasard....

Derrière les apparences, il y a les blessures, les coups de poignard, nos émotions fluctuantes juste après les chocs.

Et puis un jour, renaît l'espoir.
Cette puissance énorme qui vient se planter dans le ventre, là, à l'endroit où se régénère notre force de vie.

Lorsque l'espoir est là, il est plus fort que tout, il efface les douleurs, les résidus de nos ressentiments passés.
C'est lui qui nous met sur le chemin de nos rêves, dans cette vie même, et bien plus encore.

À certains moments je me sens entre ces deux eaux, celle de la détresse et de l'espoir.... Quelque part entre les deux....
Entre les eaux sombres et les eaux radieuses des premiers matins d'une nouvelle vie que j'espère encore et toujours voir éclore au réveil ...

Ici, je suis.
Cette ombre mystèrieuse et secrète qui n'attend qu'une flamme pour révéler le rayonnement de son âme, cette poussière insignifiante assoiffée de matière et de vie qui ne demande qu'à grandir pour déployer ses ailes vers un destin radieux.

Ici, la vie nous réserve le meilleur et le pire, l'ombre et la lumière. Sachons accueillir l'une et l'autre car l'une et l'autres ont besoin de leurs nourritures respectives.
Et surtout, apprenons à nourrir l'espoir qui éloigne des ombres les plus profondes. Apprenons à rallumer sa flamme lorsqu'elle se fait plus faible. Apprenons à trouver cette joie sereine et profonde qui ravive les élans de vie et l'énergie de poursuivre lorsque tout semble éteint.

 

 

 

Le monde

J'ai souvent ressenti mon corps
Comme le réceptacle d'énergies venues d'ailleurs

J'ai souvent ressenti les énergies du monde
Comme un brouillage en moi même
Qui vient aussi me dire :
"voici le lieu où tu devras frayer ton chemin"
Il est à la fois autour de toi, mais aussi en toi

Ces énergies sont-elles les miennes ?
Sont-elles celles du monde ?
Sommes-nous séparés ?
Que suis-je venue chercher en ce lieu ?

Il nous est donné de vivre
À un moment de l'histoire
Dans un espace temps défini
Avec lequel nous venons nous mêler.
Il est en nous, nous l'avons choisi
Il est à la fois le miroir qui nous est tendu
L'egregor que nous sommes venus explorer
Et en même temps, le brouillard
Dans lequel nous cherchons à faire passer la lumière

Quel est mon lien avec ce monde ?
Comment y trouver ma place ?
Que faire de ces ombres qu'il me renvoie ?
Sont-elles à lui ?
Sont-elles à moi ?

À qui appartiennent ces aigreurs ?
Ces pincements que je ressens à l'intérieur ?

Ces monstres qui baladent leurs regards menaçants
Au milieu de cette foule qui se prosterne à leurs pieds
Comme on se prosternait Jadis devant les statuts des dieux ?

Qui sont ces puissants que nous avons installés là ?
Qui est le responsable de cela ?
Ai-je choisi ?
Quelle partie de moi ?

Toutes ces questions qui me hantent
Tous ces fantômes vivants autour de moi...

J'ai besoin de la matière
Elle me nourrit, elle me construit
Elle est un soutien pour moi.

Mais quel est cet amas de matières infécondes
Semant la mort et l'effroi aux quatre coins de cette terre ?
Que je cherche encore
Cette matière terre féconde
Comment la toucher ?
Comment l'habiter ?

Je ne veux plus cacher mon âme
Dans les tréfonds honteux de ce monde
Je veux être fière de qui je suis
De cette nature qui est la mienne
De mon humanité divine
Longtemps rendue muette par cette logique du chaos
Où la matière inerte devient la matrice
D'un monde sans âme fait d'artifices

Quelqu'un peut me répondre ?
Où se trouve la lumière ?
Quel chemin suivre pour l'amener en ce lieu ?
Mon âme souffre de ces silences
Où les ténèbres sont devenus maîtres des lieux

Où sentir les vibrations de ce nouveau monde
Qui nous a été promis ?
Où se placer pour ressentir les soubresauts
De la naissance du monde lumineux ?
Où la lumière nourrit la matière vivante
Et où les fils de la Terre dansent joyeusement
Le retour du printemps
Le retour de la vie ?

 

Nature

 

Chaque morceau de terre, chaque arbre, nous raconte une histoire. Tendre l'oreille pour l'écouter, c'est une façon de lire notre âme dans l'âme du monde

La nature autour de nous marque son empreinte dans notre chaire. Elle inspire à notre âme des pensées, des envies, qui insufflent de la magie dans nos vies. Se laisser atteindre par ces énergies subtiles est un cadeau que nous nous offrons.

La montagne m'eléve, elle me transmet sa sagesse et son ancrage, son lien à l'histoire de notre terre mère, ma cohérence avec ce qui est présent autour de moi. Passé, présent, futur, tout à la fois dans cet instant infini qui me relie à ces forces qui m'habitent et me dépassent en même temps.

Gratitude pour ce qui m'est offert de ressentir au cœur de mère nature, cette dynamique implacable qui remet de la vie partout où il y a eu la mort. Aucune peur ne peut m'atteindre tant que je suis ancrée dans cette écoute

Vie et mort se donnent la main, tout est précieux, tout est juste. Chaque début appelle une fin, et crée en même temps des histoires éternelles où le temps est dissoud dans la magie de l'instant. Rien ne dure, mais rien ne s'arrête vraiment lorsque je suis dans l'accueil de ce qui est présent.

Aujourd'hui j'ai rencontré un écureuil. Ce petit animal sauvage a eu assez confiance pour évoluer près de moi et m'offrir le cadeau de sa présence. Joie de pouvoir observer en vrai ce spectacle

Sillons dessinés sur le tronc d'un arbre coupé
Laisse la vie continuer à s'étendre autour de lui

Racines creusées dans la terre
Visibles et en même temps cachées
Ancrage, visibilité, intériorité donnée à voir
Merci pour cette leçon de vie chère à mon cœur

Mère nature, qu'as-tu à m'apprendre aujourd'hui ?
Quelles sont les notes que tu vas souffler au vent
Jusqu'à mes oreilles et atteindre mon cœur ?

Le rythme du hérisson me rappelle
Que chaque instant est juste
Ce qu'il y a à vivre
Ici et Maintenant

La montagne m'apporte la prise de hauteur
L'inspiration, le dépassement,
L'élévation.
Lorsque je grimpe, je grandis
Je m'octroie le droit d'observer le monde vu d'en haut
Je deviens léger comme l'oiseau
Et fort comme le roc
La vue sur la vallée,
L'horizon qui surplombe la vallée
Les humains devenus fourmis
Mon quotidien transformé en détail
Mes soucis envolés en éclat

L'animal ne pense pas.
Il ne s'exprime pas avec des mots
L'animal ressent
Il rayonne de sa présence
Et nous fait comprendre qu'il est bon de juste
Etre présent et ressentir