Le monde est si vaste

 

Le monde est si vaste
Des plaines verdoyantes aux hauts sommets,
Des sources jaillissantes à l'autre bout de l'océan
Mais pour autant, là, à ce jour,
Nous sommes là, à ce point de l'univers
Enfermés dans un cercle
Retranchés, cachés, amoindri, masqués, apeurés, meurtris

 

Et pourtant....

 

Le cœur de l'humanité est si vaste
Qu'il pourrait en tendant la main
Inviter à danser toutes les parts de lui-même
Dessinant sur le sable
Une spirale qui grandit
Qui s'élargit sans fin
Dans un joyeux mouvement de vie

 

La main de dieu est si vaste
Qu'elle pourrait contenir
Toutes les parts brisées de chaque être humain
Et les faire virevolter dans airs
Légères et portées par la joie

 


La grandeur de notre âme est si vaste
Que nous pourrions y abriter
Toutes les âmes errantes
Perdues dans cette immensité sans nom
Qui nous confronte aux ombres et aux tempêtes
Lorsque nos colonnes vascillent
Et s'effondrent dans les sables mouvants
De l'illusion
Laissant les plaies béantes de nos fragilités
Nous indiquer un bien sombre destin

 

Notre puissance est tellement immense
Qu'elle pourrait abolir toutes les frontières
Et créer des ponts entre l'ombre et la lumière
Et les faire tournoyer ensemble
Dans une valse bouleversante
Dévoilant des nuances de couleurs
Jamais dévoilées encore
D'une palette de possibilités infinies
Qui se présenterait chaque jour
Au gré de nos besoins
Flânant au sein de cette joyeuse abondance

 


Mais nous en sommes à ce point de l''univers
Dans ce cercle fermé
Rapetissés, assombris, recourbés,
honteux de qui nous sommes

 

Et pourtant, si l' on tend l'oreille,
On peut entendre cette part de nous
Qui demande plus que jamais
Que cesse l'enfermement de l'esprit
Et que soient libérées
la grandeur de nos cœurs,
L'abondance de la vie,
Les chemins du monde,
La puissance de notre amour.

 

La respiration de l'univers
est un échos de l'âme humaine
Il nous faut les libérer l'une et l'autre
Pour que la vie reprenne le dessus

 


La conscience de l'homme doit être large
Pour se connecter à la source
Et répondre à son devoir d'honorer la vie
Sous toutes ses formes

 

Cessons de nous amoindrir
Et devenons créateurs de nos vies
En correspondance avec l'univers infini

 

 

 

Entre les gouttes

Aujourd'hui, ce qui me fascine,
C'est cette capacité de l'être humain
à trouver son centre en toute circonstance
À faire de la résistance en protégeant ce qui est vital pour lui
Son trésor intérieur
Ce qui lui est précieux

Comment fait-il ?
Celui qui passe entre les gouttes
Qui se faufile entre les mailles du filet
L'anguille que l'on n'entend pas arriver
Qui a la capacité d'être présente sans qu'on la voit

Celui qui a fait de la discrétion son mode de vie
Qui a appris à marcher sans bruit
Tout en laissant battre bien fort son cœur à l'intérieur,
Comment continuer à faire parler son âme
Sans se mettre en danger face à la restriction?
Comment rester connecté à ce qui est vivant en soi
Malgré les limitations qui peuvent nous être imposées ?
Comment trouver cet équilibre entre la confiance et la vigilance ?
Sur quel champ d'informations poser sa conscience
Pour donner à son petit équilibriste intérieur l'énergie juste pour ne pas tomber,
Et la possibilité de se relever lorsqu'il tombe ?

Bien sûr chacun trouve sa réponse
Elle n'est pas la même pour tout le monde
Et parfois la vie nous impose des obstacles
Qu'il est nécessaire d'affronter
Ou bien de surmonter
Qu'il n'est pas toujours possible d'esquiver
Et qui nous confrontent à la possibilité de vivre encore plus fort ou de mourir à soi-même ou au monde...

Aujourd'hui, je me demande quel sera le chemin de chacun dans les défis qui nous attendent..
Entre quelles grosses gouttes allons nous pouvoir passer ?
À quels obstacles allons-nous devoir nous confronter ?
À quelle finalité cela nous amènera ?
Jusqu'où la vie circulera en nous ?
Où s'arrêtera-t-elle ?
Quelle est la définition du mot vie pour chacun ?
De quelle façon chaque individu délimite sa propre vision du mot liberté ?


 

 

Présence
 
Le plus beau cadeau que nous avons à offrir au monde est notre présence pleine et entière. 
Le plus beau cadeau que nous pouvons nous offrir les uns les autres est l'accueil de nos présences, le plus ouvert et le plus sincère qui soit. 
L'accueil Bienveillante d'une présence par une autre présence.
Toute présence est un cadeau en soi, mais faire de la présence un art de vivre n'est pas si facile que les mots qu'il faut pour l'écrire.
 
Il nous faudrait prendre modèle sur l'arbre, ancré, puissant, calme, sûr de lui, sans questionnement sur sa qualité de présence au monde. 
Incarner son rôle dans l'écosystème, sans chercher les causes ni les finalités. 
Lire les messages vibratoires de la présence de l'eau, du vent, et de la lumière. 
Communiquer avec la terre et avec le ciel, à partir de ses racines et de ses branches. 
Connaître le langage des éléments, des astres, de la lumière, utiliser l'énergie du soleil pour se nourrir des minéraux.
 
Mais voilà, l'être humain n'est pas un arbre. 
Le langage des éléments, des astres et de la lumière sont pour lui des notions abstraites. 
Il lui faut s'y relier avec sa conscience, ou choisir de ne pas s'y relier. 
Et, bien que la présence végétale et la terre le nourrissent, que les astres lui fournissent leur force gravitationnelle, que l'air le vivifie et anime son âme, que la lumière lui permette de voir et de se diriger dans l'espace, que l'eau le purifie et l'apaise, que le feu le réchauffe et anime son cœur, que l'arbre lui montre le chemin vers le ciel, et que le ciel pourrait lui permettre de s'élever, bien souvent l'être humain choisit la voie de l'amnésie et la satisfaction de petits plaisirs terrestres qu'il pense le nourrir. 
 
Pauvre de nous, qui avons perdu la conscience de nous-mêmes, de qui nous sommes, et qui avançons, sans boussole, dans les dédales des questions sans fond, des incohérences et de la déconnexion. 
 
Mais d'où nous vient que l'humain éprouve autant de difficultés à asseoir sa présence ? 
 
Pourtant, de part sa posture debout, l'humain est amené à relier les énergies de la terre et du ciel, à travers sa conscience. 
Pourtant, il me semble que, par la simplicité de sa présence, l'être humain aie la capacité d'ajouter son rayon de lumière à l'équilibre des forces en présence. 
Dans ce lien unique que nous sommes capables de créer entre la matière vivante de la terre, et les énergies inspirantes du ciel, nous avons un rôle à jouer dans les mouvements d'énergies de l'univers. 
 
Alors juste, en retrouvant cette énergie incroyable de "Wu Wei" , attitude du "non-agir", au sens de "lâcher prise, ne pas s'accrocher à une intention fixe". Juste, en suivant quelque chose s'approchant de la voie du Tao, ou le respect des forces vitales magiques, du développement naturel de toute chose.... 
Peut-être que, juste en prenant le temps de s'asseoir dans sa présence, l'être humain pourrait retrouver un peu de cette connexion verticale.... Et enfin retrouver l'appétit des choses qui nourrissent son âme... 
 
 
 
Dream and fears
 
Les rêves et la peur ont ceci de commun
Qu'ils se nourrissent l'un de l'autre
Et façonnent notre réalité
 
D'un côté, toutes les peurs paralysantes
Qui ont bloqué notre capacité d'action
De l'autre, nos peurs constructives
Qui nous ont menés à une vigilance salvatrice
 
Et en arrière fond, la puissance de nos rêves
Qui nourrissent notre élan vital
Cette énergie fondatrice de notre être 
Qui nous anime
 
Il faut nourrir ses visions pour alimenter sa joie
Et laisser le cœur, l'âme et l'esprit 
Toutes ces forces invisibles en nous 
Dessiner le chemin qui est le nôtre 
Et ne laisser personne nous voler 
Les précieux trésors que la vie a placé en nous
 
 
 
 
Lumière de Lune
 

Lune d'ombre lumière de lune
Mon côté sombre s'étale sur la dune
Lune de lumière ombre de lune
Ton filet éclaire mes ruines
 
Lourds comme un ciel sombre
Les masques tombent
Derrière la terre où se cachent
Les ombres qui s'effacent
 
Onde de joie renaît soudain
Le jour où le cercle est plein
 
La lumière revient
Sur la totalité de lune
Donne naissance à ses formes
Qui dans le noir s'endorment
 
Pour une éternité de lune
Sur tout ce qui se dévoile 
Après le cycle infernal 
Des eaux troubles, du dédale 
 
Sans fin chercher la face
Que je montre ou que je cache
Dans un jeu de masques
L'ombre et la lumière ne font qu'un
 
Je suis
L'un et l'autre
L'autre et l'un
Lorsque l'un se montre
L'autre s'éteint
Ainsi va la vie sur terre
Ainsi va la lune s'éclaire
Et s'assombrit sans fin
 
Je me relie à ton fil blanc
Onde de lune fil d'argent
De ma terre à ton ciel
Que relient les ailes du vent
Lune de miel
Au firmament
Que le ciel étreind
De son drap rouge sang
 
Le soleil t'éclaire
La terre te travestit
En ombre et en lumière
Qu'illusionnent nos vies
 
Lune tu es moi
Lune je te suis
Je suis la lune
La lune m'inspire
Habille mes jours de masques et de plumes
 
L'onde rallume mon âme
Sur la dune de sable
Posée là comme une prière 
Tel un Pantin dans ce désert 
Qui cherche son fil dans la poussière 
Que danse notre ombre dans sa lumière 
 
 
Lune je te suis
Lune tu es moi
Ta langue de lune
Chante la lumière
Du soleil qui te poursuit
 
 
Tes perles d'eau de lune
Forment avec les colliers de terre
Des bijoux de déesses endormies
Et le soleil dévoile 
Ta beauté lunaire
Changeante comme une lune 
Fidèle à elle-même 
Sans être jamais la même 
Lune je te suis 
Lune je suis toi
Ta vibration m'élève
Et me couche chaque soir 
Dans l'ombre de ton miroir 
 
 
 
 
 
 Je suis 
 

Je suis Accueil de la vie qui coule en moi

J'accueille tous les types d'nrj qui y circulent : amour, haine, détente, tension, joie, tristesse, dynamisme, calme absolu, calme relatif, calme recherché, calme obtenu. Calme sans cesse reporté. Calme recherché et accompagné de sérénité. Sérénité dans le repos et dans l'action.

Je suis la maison des émotions, bonnes ou mauvaises, et aussi celles qui n'ont pas de nom.
Permettre à chaque étape de goûter à sa célébration.

Je laisse à la porte le jugement hâtif, abusif, sans appel, corrosif, destructif.
Je peinds chaque matin mon mur de velour, d'empathie, de compréhension et d'amour vivant.
Je garde sous le tapis la clef qui ferme la porte, aux bavards, aux racontars, à ceux qui pourraient se tromper de porte.

J'envisage les rencontres comme des rendez-vous de longue date.
Pousse à la porte les erreurs de casting, porte vers la sortie les histoires qui se finissent.

Accepter la fin c'est aussi se respecter.
Respecter l'autre et permettre à chacun de recroiser d'autres chemins, dans l'infini des destins possibles, voulus, recherchés, accompagnés, subis, acceptés, reniés, rattrapés, recomposés, assouvi, dépassés....
Etc...

Je suis la maison des émotions vivantes, vibrantes, qui goûtent l'infini de la palette humaine, de sensations, surprenantes, anihilantes, impressionnantes, extasiantes, recherchées, voulues, cachées, addictives, repoussantes, indifférentes, dynamisantes, encourageantes, présentes, sans étiquettes, aussi parfois ....

Je suis la totalité, le tout globalisant, accueillant le bien, le mal, l'absence, la présence, d'un seul et même front.

L'invité d'un destin qu'on a cru pouvoir maîtriser.
Acteur d'une mission sans cesse prolongée.
Une envie, un Élan, presque rien.
Et puis la flamme et le vent.
La grandeur et le mouvement.
Dans l'immensité de la vie.

Je suis l'accueil
Je suis la maison
Je suis le tout
J'embrasse les contraires.
J'anihile le jugement
J'accède à mon pouvoir grandissant
D'élévation, de vibrations
J'écoute la Sève de la vie monter en moi.
Je suis la vie