L'impact de la consommation de viande sur l'environnement

 


Peut-on encore se voiler la face?


Pour tous ceux qui sont prêts à affronter toute la face cachée horrible de ce monde, que l'on peine à reconnaître en toute honnêteté car nous sommes attachés à notre mode de vie, à une certaine idée du confort, à l'image que l'on donne de soit dans une société donnée, à des habitudes et à des goûts que l'on croit faire partie intégrante de nous....
Voici quelques arguments que j'ai essayé de résumer, que j'ai essayé de lier entre eux de façon judicieuse... sur lesquels je peux vous donner des références si vous souhaitez en savoir plus... Ces choses, aujourd'hui, on les connaît de façon plus ou moins voilée, mais a-t-on vraiment envie de décider de se positionner clairement face à elles, afin de pouvoir dire fièrement : "Non, je refuse de faire partie de ce système!"?

Cela représente un certain travail sur soit et sur nos repères...


Je ne blame personne car en effet nous sommes tous dépendants de ce système à des niveaux différents :

- Chauffage au gaz / électrique : polluant /

- Centrales nucléaires : dangereuses + enfouissement des déchets nucléairs : bombe à retardement ;

- Voiture essence / diésel : polluantes; voyage en avion = kérozène : polluant;

- Achat frénétique de fringues : solvants polluants, exploitation d'enfants;

- Utilisation compulsive du téléphone portable : émissions d'ondes dont on ne connaît pas encore les effets à long terme, exploitation d'enfants, extraction du coltan, du lithium, ayant pour effets secondaire le déversement de litres de produits chimiques dans les lacs, les rivières, auxquelles vont s'abreuver des hommes, des femmes, des animaux... : MEURTRIER, etc etc....)

Voici sur quoi repose en résumé notre mode de vie dit "normal" :
Nous sommes rendus quotidiennement responsable à notre insus (mais plus tout à fait maintenant) d'actes meurtriers, dangereux et non acceptables d'un point de vue éthique, depuis un certain nombre d'années. 

Peut-être est-il temps de le reconnaître, peut-être est-il temps de s'y intéresser. Peut-être est-il temps de se positionner.


C'est notamment pour ces raisons qu'un certain nombre de personnes ont choisi, face à ce constat, a minima, de devenir végétarien.


 

Quelques données sur l'industrie alimentaire :

Parceque un tiers des surfaces cultivées servent à nourrir des bêtes qui finissent dans des assiettes;

Parceque la plupart de ces cultures sont de nature transgéniques (ce qui n'est pas sans répercussion sur la santé du consommateur de viande !), et se font au détriment de nos premières sources d'oxygène : les forêts.

En effet, pour ne pas la citer, la forêt amazonienne est progressivement détruite par parcelles entières pour y placer des cultures transgéniques et chimiques (pesticides, insecticides qui détruisent l'équilibre de la terre, les nappes phréatiques, etc...). Sans compter les droits des peuples autochtones bafoués quotidiennement avec notre accord implicite, nous, qui choisissons souvent par défaut de participer à ce système en tant que consommateur. Mais qu'on se le dise, il n'y a pas que les sols amazoniens qui sont souillés, ce sont aussi les nôtres, nos campagnes dont l'air devient par endroit plus pollué que celui des villes, l'eau de nos robinets qui s'agrémentent de produits toxiques souvent à notre insus, nos terres, qui deviennent impraticables puisque leur équilibre a été dévasté par un déversement prolongé de produits hautement nocifs à tous niveaux. Sans compter l'apauvrissement de nos fruits, légumes, céréales, qui contiennent jusqu'à 50 fois moins de nutriments essentiels qu'avant l'ère industrielle...

C'est à cela que contribue la production massive de viande. 


Sauvons la planète ! Devenons végétariens !

 

Consommons directement nous mêmes des végétaux sans qu'ils aient besoin de passer par l'intermédiaire des animaux, cela utilisera moins de terresmoins de transports polluants pour nous faire parvenir ce soja OGM destiné à nourrir nos pauvres esclaves des temps modernes : les animaux. Faisons en sorte que ces cultures respectent la terre de nos ancêtres : elle est aussi la nôtre et nous devons rendre des comptes sur son état face aux générations futures.


La terre, l'atmosphère, la nature, sont nos conditions de vie, notre maison.

Si nous les détruisons, nous nous détruisons à petits feu, nous dégradons nos conditions de vie, notre santé,

celle de nos enfants.

 

 


La question du "bien être animal" 

 

 

Ou peut-être faudrait-il plutôt parler de massacre animal, puisqu'il n'y a qu'à faire une petite recherche rapide sur Google pour prendre conscience de la façon dont sont entassées ces bêtes de leur vivant, souvent réduites à respirer leurs excrément en permanence. Sans espace, bourrées d'hormones de croissance qui leur cause souvent des problèmes moteurs.

Sans compter les antibiotiques qui laissent l'opportunité à des bactéries hyper-résistantes de se développer et detransmettre à l'être humain des maladies nouvelles dont on parle peu et que personne ne sait encore guérir (cela concerne essentiellement les éleveurs en contact quotidien avec des bêtes malsaines dont ils ont eux-mêmes fabriqué la maladie).

Que dire de la quantité d'eau utilisée pour l'élevage de ces pauvres boeufs qui n'ont même pas le privilège de vivre leur simple vie de boeufs durant leur passage sur cette terre ?

Que dire des poussins mâles boyés par centaines chaque jour puisqu'inutiles dans les élevages servant à la production d'oeufs ;

 

Que dire des veaux enterrés vivants à leur naissance afin que leur maman vache puisse produire le temps d'une saison encore la quantité de lait nécessaire à engraisser les grandes surfaces et à encrasser vos arthères ?

Que dire de l'élevage de porcs bien connu en Bretagne qui a fait passer le taux de nitrates de l'eau de 5 mg/L dans les années 70 à 42 mg/L actuellement?

Que dire de ces poulets malformés à force de leur faire avaler des hormones de croissance qui les font grandir 2 fois plus vite que la normale pour attérir sur les plateaux des mac-do et des cantines pour finir dans les estomacs innocents de nos chères têtes blondes ? Eux non plus n'échappent pas aux antibiotiques, à l'eau de javel (bientôt autorisée en France ?),

Aux OGM non marqués sur les étiquettes, puisque la loi l'autorise !!!!!!!!

A ce propos avez-vous entendu parler de ce qui est arrivé à ce scientifique indépendant Séralini, qui a réalisé une expérience sur les effets des OGM sur la santé des rats à long terme? Hé bien je peux vous dire de une que les rats ont rapidement développé des tumeurs impressionnantes (visibles à l'oeil nu!), et que le scientifique en question a été traîné en justice par les responsables des filières intéressées par les rentes liées aux OGM - OGM que l'on nous vend comme les sauveurs végétaux de la pauvreté dans le monde, et qui, en réalité, rendent dépendants et misérables les paysans du monde entier.

Dépendants car ces graines sont programmées pour ne pas se reproduire d'elles-mêmes, mais dépendants également des produits chimiques puisque les OGM ne peuvent pas se cultiver sans produits chimiques!

On peut d'ailleurs décemment se demander s'il existe encore des graines non modifiées quelquepart, d'autant plus que les vilains méchants qui s'avisent à utiliser des graines saines sont potentiellement (et le sont parfois réellement puisque ça s'est déjà produit) poursuivis par la justice qui sert d'autres intérêts que ceux liés à notre santé...


Que dire d'autre sur cette filière alimentaire de masse qui, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, cherche à réutiliser des produits dangereux qui ont été produits au départ dans un contexte de guerre? Et qui nous somme de ne pas nous plaindre sous prétexte qu'avant, les gens avaient faim.... Mais lorsque nous sommes seuls dans notre lit d'hôpital de plus en plus nombreux à être confrontés à ces nouvelles maladies graves, et qu'on puisse se dire que cette maladie est le fruit de ce système, n'y a-t-il pas de vraies questions à se poser?
Mais non, toute cette détresse est invisible, et ne porte pas son nom; elle ne nous permet donc pas de nous plaindre !!!?

C'est de la bouche d'un ancien résistant que sont sortis ces deux mots concernant tout cela : "Indignez-vous" ! / Stéphane Hessel

 


J'allais oublier, si je puis me permettre une dernière chose : ces millions de gens persuadés qu'on ne peut pas cultiver de végétaux sans produits chimiques, alors qu'il suffit d'avoir une graine saine, et un sol sain, pour que, avec quelques bases en permaculture, la plante pousse sans soucis ni pour la terre ni pour notre santé... Mais les parcelles de terre saines se font rares, les graines saines tendent à disparaître : nombreux sont ceux qui ont connu l'échec à cause de cela... A qui la faute?

Effet d'une nourriture OGM quotidienne sur le long terme sur un rat : ces gonflements ne sont rien d'autres que des tumeurs. Le scientifique qui a réalisé cette expérience a été traîné devant un tribunal. Il a obtenu gain de cause.

Qu'attendons-nous pour en tirer des conclusions?


D'un point de vue philosophique, historique, pratique, je veux bien entendre parler de liens d'échanges entre les Hommes et les animaux. Mais pas de ce massacre sans précédent.


Le respect de la vie est quelquechose de sacré.

A quel sorte de reconnaissance pouvons-nous prétendre pour ces animaux qui n'ont à nos yeux que le statut de steak haché informe au goût innommable, issus d'animaux qui n'ont pas eu de vie ?

Que dire du point de vue énergétique et symbolique du contenu de nos assiettes ? Ne nous méprenons pas, cela a une insidence sur notre façon de nous situer sur l'échelle du vivant, de nous vivre en temps qu'être humain, seul être ayant atteind notre niveau de conscience parmi les êtres connus de nous à ce jour.


Où avons-nous choisi de situer notre supériorité, nous qui savons?


Nous qui, grâce ou à cause de notre niveau de compréhension des choses, avons le pouvoir de vie et de mort sur ces vies ? Nous qui avons été capables de concevoir un tel système?


Serions-nous capables de concevoir un système où chaque être vivant a la possibilité de répondre aux besoins propres de son espèce?

Et par là même où nous ne serions plus les bourreaux de tous, y compris de nous-mêmes, mais des êtres intelligents qui ont choisi de mettre leur conscience au service du respect de tout forme de vie ?

 

Pour en savoir plus : je vous suggère de regarder le documentaire très complet de Jean-James Garreau : "Comment nourrir l'avenir".